Archives du mot-clé sélection de liens

Florilège de liens #9


-His­tory of the Inter­net on Vimeo

vimeo​.com/​2​6​9​6​386

His­toire de l’internet. Une approche très péda­go­gique et très visuelle. Une belle réus­site. En anglais.

-Les ventes de musique numé­rique en hausse de 25 % dans le monde en 2008 — Actua­li­tés — ZDNet​.fr

www​.zdnet​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​i​n​t​e​r​n​e​t​/​0​,​3​9​0​2​0​7​7​4​,​3​9​3​8​6​6​3​2​,​0​0​.​htm ?xtor=RSS-1

20% des ventes de musique se font désor­mais sur les pla­te­formes en ligne.

-Uni­ver­sal et Sony aban­donnent les DRM en France — ZDNet​.fr

www​.zdnet​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​i​n​t​e​r​n​e​t​/​0​,​3​9​0​2​0​7​7​4​,​3​9​3​8​6​6​3​6​,​0​0​.​htm ?xtor=RSS-1

En France, Uni­ver­sal et Sony aban­donnent les DRM. Enfin ! On s’étonne que ce ne soit pas encore le cas pour l’édition électronique.

-Super Win­dows 7 ridi­cu­lise Vista

http://​www​.lepoint​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​-​t​e​c​h​n​o​l​o​g​i​e​-​i​n​t​e​r​n​e​t​/​t​e​s​t​-​s​u​p​e​r​-​w​i​n​d​o​w​s​-​7​-​r​i​d​i​c​u​l​i​s​e​-​v​i​s​t​a​/​1​3​8​7​/​0​/​3​0​6​107

Win­dows 7 ? Sim­ple­ment un Vista qui fonc­tionne… mais n’espérez pas, pour autant, éviter les écrans d’autorisation de confir­ma­tion de demande si vous êtes bien sûr de vrai­ment vou­loir à coup sûr ins­tal­ler –mais il faut véri­fier– quelque chose qui pour­rait res­sem­bler à un vilain gros vilain pas gen­til virus. Etes-​vous sûr et cer­tain ? Je demande ça pour être sûr…

-Sony­rea­der PRS 700 : le papier sous verre (Aldus)

aldus2006​.type​pad​.fr/​m​o​n​_​w​e​b​l​o​g​/​2​0​0​9​/​0​1​/​s​o​n​y​r​e​a​d​e​r​-​p​r​s​-​7​0​0​-​l​e​-​p​a​p​i​e​r​-​s​o​u​s​-​v​e​rre.…

Aldus est sévère sur le nou­veau Sony Rea­der : « Plus qu’une évolu­tion du modèle pré­cé­dent le Sony­rea­der PRS 505, on a fait autre chose, plus près d’un bidule élec­tro­nique clas­sique ; on a en quelque sorte trans­formé le Télé­cran en Nin­tendo… Là, on se pose pas la ques­tion, c’est un nou­veau bidule élec­tro­nique dans la maison ! »

-Et si les net­books pou­vaient ser­vir de liseuse ? (Aldus, again)

aldus2006​.type​pad​.fr/​m​o​n​_​w​e​b​l​o​g​/​2​0​0​9​/​0​1​/​p​a​s​s​a​g​e​-​a​u​-​n​e​t​b​o​o​k​-​s​u​i​t​e​.​h​tml

Dans le débat sur les ebooks et les liseuses, le test de son Dell­Mini par Aldus est éclairant.

-Insou­te­nable : la guerre ou son image ? — Recherche en his­toire visuelle

www​.arhv​.lhi​vic​.org/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​2​0​0​9​/​0​1​/​1​2​/​9​0​9​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​o​u​-​s​o​n​-​i​m​age
Epi­neuse ques­tion, que celle de la cou­ver­ture pho­to­gra­phique d’événements aussi dra­ma­tiques que ceux qui touchent Gaza.

— Dans l’oeil du cyborgne (Ecrans)

www​.ecrans​.fr/​D​a​n​s​-​l​-​o​e​i​l​-​d​u​-​c​y​b​o​r​g​n​e​,​6​1​0​4​.​h​tml

Le docu­men­ta­riste cana­dien Rob Spence va bien­tôt implan­ter une caméra à la place de sa pro­thèse ocu­laire (repéré par Hubert dans sa très riche veille).

-Naomi Klein, 2008, La stra­té­gie du choc. La mon­tée d’un capi­ta­lisme du désastre , Toronto : Léméac/​Actes Sud, 668 p. — Développement durable et territoire

http://​deve​lop​pe​ment​du​rable​.revues​.org/​d​o​c​u​m​e​n​t​7​5​3​3​.​h​tml

Un regard cri­tique sur l’ouvrage de Naomi Klein, 2008, La stra­té­gie du choc. La mon­tée d’un capi­ta­lisme du désastre, Toronto : Léméac/​Actes Sud, 668 p.

-Agré­ga­tion de conte­nus ver­sus agré­ga­tion de liens : les para­sites du net — novövision

http://​novo​vi​sion​.fr/​?​A​g​r​e​g​a​t​i​o​n​-​d​e​-​c​o​n​t​e​n​u​s​-​v​e​r​sus

Nar­vic dis­tingue l’agrégation de conte­nus et l’agrégation de liens avec jus­tesse : « L’agrégation de liens en ligne, c’est une manière de par­ta­ger l’information, d’aider à sa dif­fu­sion. C’est ouvert, dés­in­té­ressé, géné­reux. L’agrégation des conte­nus, au contraire, c’est du simple pillage et du para­si­tisme (…) lier, c’est par­ta­ger ; repu­blier, c’est piller. » Il explique pour­quoi : « L’agrégation de conte­nus a de plus des effets secon­daires détes­tables comme de tota­le­ment diluer à la fois le réfé­ren­ce­ment et les com­men­taires. Elle coupe le lien entre le texte et son auteur et elle prive le lec­teur du moyen d’interpeller l’auteur, ou sim­ple­ment d’engager une conver­sa­tion avec lui, ce qui est tout de même « l’essence » du blog. » Il men­tionne égale­ment le droit de courte cita­tion, qui me paraît très légi­time, et qui est res­pec­tueux de l’auteur. Il me semble impor­tant, donc, d’introduire la notion d’agrégation de cita­tion courte.

-iPod : sept ans de « pro­grès » dans l’emprisonnement numérique

http://​linuxfr​.org/​2​0​0​8​/​1​2​/​2​8​/​2​4​8​2​8​.​h​tml

« Apple a sorti plu­sieurs nou­veaux modèles (on parle de géné­ra­tions) d’iPod, en appor­tant à chaque fois quelques modi­fi­ca­tions. Chose éton­nante, il ne s’agit jamais d’ajouts de fonc­tion­na­li­tés, mais plu­tôt d’ajouts de défauts volon­taires, qui limitent sa libre utilisation :

1. signa­ture des fichiers pour inter­dire leur ajout avec un logi­ciel tiers? ;

2. signa­ture du micro-​logiciel pour inter­dire son rem­pla­ce­ment par un alternatif? ;

3. inva­li­da­tion des fichiers en cas d’utilisation avec un second ordinateur? ;

4. tout der­niè­re­ment, sup­pres­sion de la table de par­ti­tion, inter­di­sant ainsi le simple accès aux fichiers depuis un logi­ciel tiers. »

- Micro­soft détaille son inter­pré­ta­tion du stan­dard ODF (et ça fait peur)

http://​www​.clu​bic​.com/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​-​2​4​6​9​8​8​-​m​i​c​r​o​s​o​f​t​-​o​f​f​i​c​e​-​s​p​2​-​i​m​p​l​e​m​e​n​t​a​t​i​o​n​-​s​t​a​n​d​a​r​d​-​odf…

Micro­soft ne peut pas s’empêcher de détour­ner les stan­dards… y com­pris les stan­dards bureau­tiques aux­quels il avait pro­mis de se tenir : « Le géant du logi­ciel met ainsi en garde les déve­lop­peurs sur cer­taines de ses inter­pré­ta­tions du stan­dard, car ce der­nier serait par­fois ambigu ou trop per­mis­sif. Il y aurait aussi des cas dans les­quels l’implémentation ne peut pas suivre exac­te­ment le stan­dard, par exemple lorsque les pra­tiques cou­rantes dans le domaine (dic­tées par la supré­ma­tie d’un logi­ciel en situa­tion de quasi-​monopole par exemple) dif­fèrent de ce der­nier ou que les uti­li­sa­teurs ont des besoins différents. »

Sandwich de liens de Marin #5


- Sophie Pène signale que Jean d’Arcy, res­pon­sable de l’ORTF en 1969, entre­voit « une télé­vi­sion qui res­semble moins à TF1 qu’au Web »

« 1969, année érotique, chan­taient Gains­bourg et Bir­kin. C’est aussi cette année là que Jean d’Arcy, un res­pon­sable de l’ORTF (Office Public de Radio Télé­dif­fu­sion Fran­çais) d’alors pro­po­sait une vision d’une télé­vi­sion par­ti­ci­pa­tive, adres­sant à chaque télé­spec­teur les pro­grammes à la carte qu’il dési­rait voir : « l’individu doit pou­voir choi­sir les images qu’il veut voir ». »

http://​blogs​.univ​-paris5​.fr/​p​e​n​e​/​w​e​b​l​o​g​/​4​9​8​7​.​h​tml

- Com­ment expli­quer ce qu’est une API à un patron d’édition ?

Sur le modèle de la conver­sion propre aux blogs, Chris­tian Fauré répond à une ques­tion fon­da­men­tale de Vir­gine Clays­sen : « Com­ment expli­quer ce qu’est une API à un patron d’édition ».
Le sus­pense est insou­te­nable. Précipitez-​vous sur sa réponse :
http://​www​.chris​tian​-faure​.net/​2​0​0​8​/​0​9​/​2​8​/​c​o​m​m​e​n​t​-​e​x​p​l​i​q​u​e​r​-​c​e​-​q​u​e​s​t​-​u​n​e​-​a​p​i​-​a​-​u​n​-​p​a​t​r​o​n​-​d​e​d​i​t​i​on/

- Why blog ?

Une chaîne est en route et je suis censé y répondre à mon tour. Comme je n’ai pas le temps actuel­le­ment, je vais citer les copains. En espé­rant que ça fera patien­ter André. Et, pour ne pas paraître trop radin, je pose une ques­tion en retour : « Why not blog ? »

Bap­tiste Coul­mont : http://​coul​mont​.com/​b​l​o​g​/​2​0​0​8​/​0​9​/​2​3​/​w​h​y​-​b​l​og/

André Gun­thert : http://​www​.arhv​.lhi​vic​.org/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​2​0​0​8​/​0​9​/​1​5​/​8​0​7​-​w​h​y​-​b​log

- The rise of science blog­ging (Open access news)

Où l’on redé­couvre la dis­pu­ta­tio comme fon­de­ment heu­ris­tique de la science…

http://​www​.earl​ham​.edu/ peters/fos/2008/09/rise-of-science-blogging.html

- « La méta­phore des métro­nomes qui s’alignent (PHNK)

« À par­tir de la méta­phore des métro­nomes qui s’alignent, on peut faire l’hypothèse que la pério­di­sa­tion sera réin­tro­duite gra­duel­le­ment dans la publi­ca­tion en ligne, de même que l’idée que ces “listes de liens” vont bien devoir être “maquet­tées” pro­pre­ment au bout d’un moment.

Presque toutes les contraintes de l’édition papier devraient être ame­nées à res­sur­gir d’une manière ou d’une autre dans l’édition en ligne, dont je dirais que les trois prin­ci­paux chan­ge­ments ont été : la minia­tu­ri­sa­tion (des coûts, de l’équipe édito­riale, des centres d’intérêt), la diver­si­fi­ca­tion (des sources, des médias, des sujets) et l’accélération (des rythmes de publi­ca­tion, de rafraî­chis­se­ment des tech­no­lo­gies). (Je laisse tout à fait volon­tai­re­ment le pro­fes­sio­na­lisme hors des variables ayant réel­le­ment évolué.) »

http://​phnk​.com/​b​l​o​g​/​p​e​t​i​t​e​s​-​c​h​o​s​e​s​/​89/

- L’ancêtre de Google map : la montre itinéraire

De mes études d’histoire et de géo­gra­phie, j’ai conservé un goût pour les cartes, et par­ti­cu­liè­re­ment pour les cartes aty­piques… D’où ma fidé­lité à Strangemaps.


http://​stran​ge​maps​.word​press​.com/​2​0​0​8​/​0​9​/​2​8​/​3​1​4​-​w​a​t​c​h​-​t​h​e​-​r​o​a​d​-​w​o​r​l​d​s​-​e​a​r​l​i​e​s​t​-​s​a​t​n​av/

Sandwich de liens de Marin #4


-Quand Stan­ford ali­mente à son tour les Open Edu­ca­tio­nal Res­sources (Framablog)

« Pour la pre­mière fois de son his­toire, l’université de Stan­ford (Cali­for­nie) met gra­tui­te­ment à dis­po­si­tion des étudiants et ensei­gnants du monde entier ses cours d’ingénierie les plus popu­laires. Le pro­gramme Stan­ford Engi­nee­ring Eve­ryw­here (SEE) ouvre l’expérience de Stan­ford en ligne aux étudiants et pro­fes­seurs. Tout ce dont vous avez besoin est un ordi­na­teur et une connexion Inter­net. Vous avez accès aux vidéos des cours, aux poly­co­piés, vous pou­vez pas­ser les quizz et les tests et com­mu­ni­quer avec d’autres étudiants SEE comme vous le souhaitez. »

http://​www​.fra​ma​blog​.org/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​p​o​s​t​/​2​0​0​8​/​0​9​/​1​9​/​s​t​a​n​f​o​r​d​-​e​t​-​l​e​s​-​r​e​s​s​o​u​r​c​e​s​-​e​d​u​c​a​t​i​v​e​s​-​l​i​b​res

-« How Rea­ders Navi­gate to Scho­larly Content » : une enquête com­pa­ra­tive des pra­tiques de navi­ga­tion uni­ver­si­taires, entre 2005 et 2008.

« There have been many stu­dies using web logs that cal­cu­late where users of scho­larly resources were refer­red from, but this approach doesn’t indi­cate where those users star­ted their research, merely the details of the last “hop” before hit­ting a content web­site. This research repeats an ear­lier study per­for­med in 2005 by Scho­larly Infor­ma­tion Stra­te­gies (for whom the authors were consul­tants) that actually asks resear­chers about their pre­fer­red start points. The subtle shifts in user pre­fe­rences pro­vide a valuable insight into user navi­ga­tion, the fea­tures that they find use­ful in publi­sher web sites, and the role and effec­ti­ve­ness of library tech­no­lo­gies. Rea­ders are more likely to arrive within a jour­nal web site at the article or abs­tract level than ever before and this has signi­fi­cant impli­ca­tions for publi­sher web site design. As a conse­quence some of the fea­tures of publi­sher web sites may become har­der to find and, as more func­tio­na­lity tran­si­tions to the reader’s pre­fer­red star­ting point, some of the fea­tures may also become less rele­vant to the resear­cher. The most highly sought-​after fea­tures of jour­nal web sites are content aler­ting ser­vices, but not per­so­na­li­sa­tion and not search func­tions.
These fin­dings shed light on how publi­shers should engi­neer their web sites to meet rea­der navi­ga­tio­nal behaviour. »

http://​www​.sic​.ox14​.com/​h​o​w​r​e​a​d​e​r​s​n​a​v​i​g​a​t​e​t​o​s​c​h​o​l​a​r​l​y​c​o​n​t​e​n​t​.​pdf (for­mat PDF).

-Les chats, les mar­mottes et les fins de la par­ti­ci­pa­tion (ARHV)

André conti­nue sa réflexion au sujet de Fli­ckR. la vidéo « illus­tra­tive » est aussi démonstrative.

« Mais lorsque Miranda, 14 ans, met en ligne trente pho­tos d’affilée de son affreux matou, ces photos-​là ne nous disent qu’une seule chose. Que la photo, ça sert à mettre de l’amour en boîte. Pour le consom­mer plus tard, comme des tranches d’ananas. Oui, je sais, c’est à peu près la même chose que ce que tente de nous dire Roland Barthes dans La Chambre claire – mais il ne le dit pas, il nous parle de pré­sence, il nous parle d’histoire, mais il n’arrive pas à énon­cer cette chose-​là, autour de laquelle tourne tout son livre. Peut-​être lui a-​t-​il man­qué un chat. Il y a des évidences si dif­fi­ciles à com­prendre, qu’il faut beau­coup de temps et de patience pour les entrevoir. »

http://​www​.arhv​.lhi​vic​.org/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​2​0​0​8​/​0​7​/​2​9​/​7​7​4​-​l​e​s​-​c​h​a​t​s​-​l​e​s​-​m​a​r​m​o​t​t​e​s​-​e​t​-​l​e​s​-​f​i​n​s​-​d​e​-​l​a​-​p​a​r​t​i​c​i​p​a​t​ion

-Mul­ti­colr : Des pho­tos extraites de Fli­ckr par couleur

http://​labs​.ideeinc​.com/​m​u​l​t​i​c​olr

-Livres télé­char­geables au bout de 10 ans.. logique (JMS)

« Pro­po­si­tion 1. On pour­rait consi­dé­rer qu’après dix ans, un livre puisse être numé­risé et télé­char­geable (sous réserve des accords des ayants droit). Le manque à gagner, a priori faible, serait reversé par le minis­tère de la Culture aux éditeurs et aux auteurs au pro­rata des télé­char­ge­ments ou des ventes effec­tives des dix pre­mières années. »

http://​blogues​.ebsi​.umon​treal​.ca/​j​m​s​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​2​0​0​8​/​0​8​/​2​1​/​5​1​6​-​l​i​v​r​e​-​t​e​l​e​c​h​a​r​g​e​a​b​l​e​s​-​a​u​-​b​o​u​t​-​d​e​-​1​0​-​a​n​s​-​e​c​o​n​o​m​i​q​u​e​m​e​n​t​-​l​o​g​i​que

-Manus­crits, genèse et docu­ments numé­ri­sés. EDITE : une étude infor­ma­ti­sée du tra­vail de l’écrivain (ITEM)

« Si le logi­ciel MEDITE est un outil pré­cieux pour la phi­lo­lo­gie, il consti­tue pour la cri­tique géné­tique un outil néces­saire. En effet, non seule­ment utile par la rapi­dité des résul­tats : MEDITE réper­to­rie auto­ma­ti­que­ment ce que le cher­cheur géné­ti­cien passe un temps incom­men­su­rable à rele­ver, ins­tal­lant, d’emblée le tra­vail du géné­ti­cien dans une « scien­ti­fi­cité » plus sûre, il pro­pose un usage qua­li­ta­tif des don­nées quan­ti­ta­tives et sur­tout per­met au géné­ti­cien d’infléchir le choix et le rythme des com­pa­rai­sons aux condi­tions de l’hypothèse interprétative. »

http://​www​.item​.ens​.fr/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​i​d​=​1​7​2​977