Read/​Write Book

Read/Write Book. Le livre inscriptible

Read/​Write Book. Le livre inscriptible

En entrant dans l’ère de l’informatique en réseau, le livre devient réinscriptible/​inscriptible. Son déve­lop­pe­ment ne suit plus la ligne droite de la tra­di­tion­nelle chaîne du livre, mais se dif­fuse par rami­fi­ca­tions réti­cu­laires. Comme un oignon, il se pare de mul­tiples couches d’informations, ajou­tées par des dif­fé­rents métiers et par des lec­teurs. Ensemble, ils par­ti­cipent à une vaste entre­prise d’enrichissement docu­men­taire qui mul­ti­plie les grilles de lec­ture du texte et en fait miroi­ter les mul­tiples sens. Réinscriptible/​Inscriptible, le livre s’insère désor­mais dans un sys­tème d’information riche, poly­morphe, mou­vant et encore très fra­gile. C’est le Read/​Write Book.

Read/​Write Book. Le livre ins­crip­tible, paraît en HTML en libre accès, en for­mat PDF et Epub chez Imma​te​riel​.fr et en impres­sion à la demande (POD, début avril). L’ensemble est publié aux Édi­tions du Cléo.

Table des matières

  • Le livre élec­tro­nique est un texte

    Le livre est nu. On découvre der­rière ses habits tom­bés que sa nature pre­mière est d’être un texte. Un texte dont la lec­ture, l’écriture, la gra­nu­la­rité et la cir­cu­la­tion vont deve­nir plu­rielles. Il ne faut pas comp­ter sur nous pour crier au loup. Pas plus que pour annon­cer une révo­lu­tion idéale, annon­çant des len­de­mains radieux pour la pen­sée, l’alphabétisation des masses, la démo­cra­ti­sa­tion de la lec­ture, le débat d’idées, le trans­port lit­té­raire. En revanche, on peut comp­ter sur nous pour faire l’économie des pos­tures… morale, pas­séiste ou futu­riste. Car il faut com­prendre ce que devient le texte lorsqu’il s’inscrit dans un uni­vers numé­rique com­plexe. On retien­dra notam­ment la for­mule ful­gu­rante d’Hubert Guillaud selon lequel le livre, désor­mais, est lisible et ins­crip­tible, c’est le Read/​Write Book. De Bob Stein, on retien­dra que le livre « is a place » : le livre est un lieu, lieu de par­cours, par­couru, par­cou­rant. Et, pour finir, que le livre résiste avec vita­lité, puisqu’à force de dire que le livre est un texte, on conti­nue à par­ler de lui comme d’un livre, au moment où sa déma­té­ria­li­sa­tion frappe les esprits. Imma­té­riel, vrai­ment, le livre électronique ?

    • Alain Pier­rot et Jean Sarzana
      Le livre en tant qu’œuvre • Le livre imprimé • Le livre numérique
    • Hubert Guillaud
      Nou­veau sup­port, nou­velle culture • Lequel nous rend plus intel­li­gent ? • Vers de nou­velles manières de lire • Qu’est-ce que lire ?
    • Hubert Guillaud
      Qu’est-ce qu’un livre ? • Tout change • Autant de formes de lec­ture, autant de sup­ports • Le livre élec­tro­nique, nou­veau conti­nent docu­men­taire • De l’intelligence des don­nées • Brouillage des ques­tions d’accès • L’économie de l’attention • Brouillage des modèles éco­no­miques : l’éclatement du modèle uni­taire • Brouillage des conte­nus ? Tout est livre, le web comme livre • Du livre per­son­na­li­sable au livre ser­vice • Des ser­vices aux nou­velles inter­ac­tions • Nou­velles inter­ac­tions entre le livre et les lec­teurs : le livre social • La lec­ture en réseau • Le livre dans l’écosystème des livres • L’analyse docu­men­taire du contenu • La mémo­ri­sa­tion des lec­tures • Conclusion
    • Bob Stein
      Pre­face • So… • Key ques­tions a uni­fied field theory has to ans­wer: • So how exactly did I get here? • (An anec­do­tal report regar­ding rea­ding in the net­wor­ked era) • Conti­nuing… • Other thoughts/​questions
    • Nova Spi­vack
      His­toire du web • Défi­nir le Flux • L’esprit glo­bal • Le « main­te­nant » est devenu plus bref • Com­ment allons-​nous nous accom­mo­der du Flux ? • Un Flux de défis et d’opportunités
  • Mono­po­livre

    La bataille est lan­cée, et elle prend des allures de plus en plus indus­trielles. Alors que la concen­tra­tion du sec­teur de l’édition paraît ne pas se démen­tir, l’essentiel semble désor­mais ailleurs. Les fabri­cants de machines, de logi­ciels et de ser­vices se sont rués dans l’industrie de la culture numé­rique, cher­chant à y prendre une place de choix. Si pos­sible, avec mono­pole à tous les étages, for­mats pro­prié­taires, gou­lets d’étranglement incon­tour­nables avec péages et octrois, police de la pen­sée, créa­tion arti­fi­cielle de rareté, vente don­nant droit à des usages res­tric­tifs et pro­vi­soires, pri­va­ti­sa­tion du patri­moine cultu­rel de l’humanité. Le livre n’est qu’un sec­teur de la grande bataille enga­gée, à laquelle il pen­sait pou­voir échap­per. Désor­mais, le ter­rain de jeu touche l’ensemble de la culture, et même un peu au-​delà.

    Le mono­po­livre n’est pas une fata­lité. Nom­breux sont ceux qui cherchent à pen­ser un nou­veau monde, dans lequel cir­cu­le­rait har­mo­nieu­se­ment la culture tout en per­met­tant aux créa­teurs de vivre. C’est tout l’enjeu de la contri­bu­tion créa­tive et des règles qui la régu­le­ront. La cap­ta­tion de cette nou­velle manne attise l’appétit de puis­sants lob­bies, ceux-​là même qui la refusent aujourd’hui. Mais la licence glo­bale, même intel­li­gem­ment mise au point, ne suf­fira sans doute pas. Il fau­drait éga­le­ment que les déten­teurs de la tra­di­tion du livre renoncent à la triple ten­ta­tion du repli téta­nisé, de la naï­veté his­to­rique et de l’inertie épui­sée, dans un monde où les entre­prises pha­rao­niques visant à inves­tir des places fortes se lancent à la vitesse du galop d’un cheval…

    Pen­dant ce temps, le légis­la­teur cri­mi­na­lise des mil­lions de Fran­çais télé­char­geurs et foca­lise l’attention sur une vraie-​fausse répres­sion des audi­teurs et des lec­teurs. Ce fai­sant, il ral­lie à sa cause une par­tie signi­fi­ca­tive des artistes dits de gauche, avec Juliette Gréco, Maxime Le Fores­tier, Pierre Arditi et Michel Pic­coli à leur tête. Lorsque le bar­rage rompt, arrê­ter le déluge à mains nues relève de la déma­go­gie ou d’une totale incom­pré­hen­sion des mou­ve­ments tec­to­niques en cours. Détour­ner à ce point l’attention des citoyens revient à défendre les moines copistes face à Guten­berg, ce cri­mi­nel, en oubliant que l’imprimerie n’a pas seule­ment per­mis une fabu­leuse pro­gres­sion de la culture, de la pen­sée et de la vie en société… elle a aussi créé de la richesse et des emplois ! Et si nous accom­pa­gnions le chan­ge­ment, pour for­ger le futur de la culture, pour inven­ter l’avenir de la lec­ture et gagner ensemble la bataille de l’intelligence ?

  • Édi­tion élec­tro­nique scientifique

    Les scien­ti­fiques ont, pour l’essentiel, forgé le réseau tel qu’il existe, avec son prin­cipe de neu­tra­lité, ses stan­dards ouverts (RFC), son absence de centre, anti­thèse du ver­ti­ca­lis­sime Mini­tel. Ils ont inventé les licences libres et promu la cir­cu­la­tion des idées. Inven­tif, le monde aca­dé­mique est éga­le­ment très conser­va­teur. Par­couru de ten­sions contra­dic­toires, l’académie cherche à confor­ter des pro­cé­dures et une tra­di­tion édi­to­riale anciennes, tout en tâton­nant à la recherche de nou­velles façons d’administrer la preuve et de créer un bouillon­ne­ment intel­lec­tuel propre à la découverte.

    • Janet Stem­we­del
    • Pierre Mou­nier
      Qu’est-ce que l’édition ? • La dimen­sion éco­no­mique d’abord • Quelles sont donc les consé­quences pour le sec­teur qui nous occupe ? • Les rela­tions entre l’édition élec­tro­nique et le fonc­tion­ne­ment du champ scien­ti­fique • L’édition élec­tro­nique et l’inscription sociale de la recherche scien­ti­fique • Conclusion
    • Antoine Blan­chard
    • André Gun­thert
      Why Blog ? [Texte intégral]
      Du « nous » au « je » • Dead­line is dead • Le sémi­naire per­ma­nent • Culture de l’expérience • Qui lit les Annales ? • Une science aimable
  • Conclu­sion

    • Pierre Mou­nier
      Trans­for­ma­tions du tra­vail édi­to­rial • Le livre-​réseau • Dis­cours, pro­gramme, réseau • Deux exemples • Le retour du Cybe­res­pace • Menace sur la culture ?
  • Orien­ta­tions bibliographiques

    • Marin Dacos
      Actua­li­tés de l’édition élec­tro­nique • Sur l’écrit, la lec­ture et l’édition • Muta­tions de l’édition • Édi­tion élec­tro­nique scien­ti­fique • Libre accès, archives ouvertes, nou­veaux modèles juri­diques • Éco­no­mie du numé­rique • Pro­priété intel­lec­tuelle • Sciences de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion • Culture numé­rique • Intel­li­gence col­lec­tive • Normes et technologies

Une réflexion au sujet de « Read/​Write Book »

  1. Ping : Tweets that mention Read/Write Book | Blogo-Numericus -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.